Comment devenir riche : La réussite de Steves Jobs (Apple)

novembre 14, 2012 5 Comments »

 

La réussite de Steves Jobs (apple) :

Steve Jobs a commencé sa carrière professionnelle en bas de l’échelle. Quand il quitte le collège, ce jeune homme au style hippie cherche un emploi. Il se présente alors chez Atari, une entreprise dans l’air du temps. Son patron Nolan Bushnell l’embauche comme technicien.

Après un périple en Inde, il revient dans cette société et on lui confie la construction d’un circuit imprimé destiné au jeu Breakout qui doit contenir le moins de puces possible. Il pourra avoir un bonus en plus de son salaire au prorata des puces économisées.

 

Il fait alors appel à son ami Steve Wozniak. Celui-ci le réalisera en 4 jours et Jobs partage le revenu en omettant de déclarer la somme totale perçue à son ami.

apple-steve-jobs-reussite

Wozniak crée en 1975 l’Apple I, ce produit attire l’attention de Jobs et il ne tarde pas à proposer à Wozniak de s’associer afin de mettre en vente leurs premiers ordinateurs. Jobs vend alors son Combi Volswagen et Wozniak qui a alors 25 ans, sa calculatrice.

La société est officiellement créée quelques mois plus tard avec Robert Wayne (un investisseur).

Deux semaines après, celui-ci se retire en récupérant l’argent investi. Un Californien va alors apporter 250 000 dollars et les deux compères assemblent les cinquante premiers Apple I que Jobs a déjà commercialisés, dans le garage des parents de ce dernier. Il décide d’appeler son entreprise Apple Computer.

Il contacte alors un grand publicitaire et en 1977 la marque sort l’Apple II.

Considéré comme étant le premier ordinateur pouvant servir au particulier, il remporte un énorme succès.

 

Une étape importante dans l’histoire d’Apple

 

reussite_Steve-Jobs

Une étape importante dans l’évolution de l’entreprise est partie d’une conception volée à Xerox et dont Jobs saisit très rapidement quelles pourront être les retombées de cette innovation. La souris avait été développée par cette dernière et Jobs et ses collaborateurs vont améliorer ce concept et la coupler à leurs machines, ce sera la naissance de l’Apple Lisa, ainsi que du Macintosh en 84.

Steve Jobs pense que prendre les bonnes idées aux autres est de bonne guerre.  Cet homme d’affaires irascible et difficile à vivre pour ses salariés continue son ascension en s’attribuant les découvertes de ses meilleurs employés.

Ayant été forcé de quitter Apple, Steve Jobs se consacre ensuite au logiciel dans sa propre société NeXT Computer. Il faudra attendre 1998 pour que sorte le premier iMac constituant une innovation de tout premier plan.

 

L’iBook suivra de très près. Mac OS commence à s’essouffler un peu alors, Apple lance une version server de Mac OS X, reposant en grande partie sur le système d’exploitation développé par NeXT. Se succéderont puis l’iPod, I’iPhone et l’iPad.

Apple sera introduit en bourse pour la première fois aux États-Unis en 1980, le titre montera de 30% dans la journée. Jobs détenant à lui seul 7,8 millions de parts devient millionnaire.

Cependant, l’action Apple connaitra des hauts et des bas par la suite et au fil du temps. Elle repart à la hausse au lancement des produits à succès.

 

Steve Jobs est décédé le 6 octobre 2011 à la suite d’une longue et éprouvante maladie. Il reste malgré tout un exemple pour maintes chefs d’entreprise et compte encore aujourd’hui de nombreux fans, particulièrement chez les passionnés d’informatique et d’Internet.

Et vous, que pensez-vous de prendre les bonnes idées aux autres?

  • Moi je suis plutôt d’accord si on peut apporter mieux ou en proposant de m’associer.*

 

Pour en savoir plus sur la bibliographie de Steves Jobs, cela se passe par là :



Ps : Il ne faut pas retenir seulement cette idée car il faut voir aussi tout ce qu’il a fait, c’est un modèle pour les nouveaux chefs d’entreprises de demain.

 

Retrouvez aussi mon dernier article sur la réussite de la chanson Gangnam style.

Related Posts

5 Comments

  1. SAlut Philippe,

    voilà quelqu’un qui sait s’entourer des bonnes personnes. Je ne vais pas dire que c’est un voleur, car s’il s’attribue les idées de ses salariés, il a bien raison. Ils sont payés pour cela 😉

    Julien

  2. Maxime 20 novembre 2012 at 10 h 16 min - Reply

    Ayant lu récemment la biographie de Steve Jobs grâce à mon ami Paul de http://www.nosamisleschiens.fr qui me l’a fait découvrir, j’ai découvert la force de ce génie qui représente un exemple de réussite et un mentor pour moi.
    Prendre les bonnes idées des autres?
    Tout dépend de l’intention à la base.
    De mon point de vue, ce ne doit pas être au détriment de l’autre, dans une démarche gagnant-perdant.
    Je pense que cela peut rapporter à court terme mais pas à long terme.
    Je me suis d’ailleurs demandé si le cancer de Steve Jobs n’était pas la réponse de l’Univers au fait qu’à certains moments, il n’ait pas respecté ses collaborateurs ou associés.
    J’aime bien Philippe ce que tu écris:
    « Moi je suis plutôt d’accord si on peut apporter mieux ou en proposant de m’associer.*
    Cela correspond à une démarche gagnant-gagnant et je me sens beaucoup à l’aise avec cette expression.

  3. Lionel 14 janvier 2013 at 12 h 25 min - Reply

    Il existe des individus charmants, dotés d’une inventivité débordante, qui se soucient de toujours choisir la ligne droite pour créer leur projet afin d’éviter de nuire à autrui. Souvent, les retombées de leur œuvre restent somme toute modestes… et leur compte en banque aussi.

    Il y a aussi des individus rebelles et caractériels, pourvus d’une créativité révolutionnaire, qui n’hésitent pas à emprunter des chemins de traverse cahoteux pour matérialiser leur vision. Souvent, les retombées de leur œuvre les mènent au sommet… et leur compte en banque suit.

    Payante, la dissidence ?

Exprimez-vous sans spammer :)